École Web
& Digital Business
Actualités

Les dark patterns bientôt interdits aux États-Unis ?

Les dark patterns bientôt interdits aux États-Unis ?Sur internet, toutes les techniques sont bonnes pour attirer et maintenir les internautes sur des plateformes. Certaines se font dans les règles de l’art, tandis que d’autres sont des pratiques malicieuses pour tromper et piéger les utilisateurs. Les dark patterns font partie de la seconde catégorie, et leur usage est sur le point d’être interdit aux États-Unis. Explications avec WIS !

 

Le dark pattern, qu’est-ce que c’est ?

Les dark patterns ou chemins obscurs en français sont des sites développés par des entreprises pour manipuler les utilisateurs, de manière très subtile. Pour arriver à leurs fins, elles utilisent différentes techniques vicieuses comme des formulations ambigües, des faux rubriquages, CGU (conditions générales d’utilisation) mal présentées, des pop-ups intempestives, etc. Ils n’ont qu’un seul objectif : « inciter l’internaute à dépenser davantage, rester plus longtemps sur un service ou accepter des conditions d’utilisation un peu limites », nous rappelle un article du journaldugeek.com rédigé à cet effet, à l’heure où le débat sur la cybersécurité fait rage.

Ces nombreuses petites techniques perverses sont tellement bien ficelées, que les internautes se font inconsciemment avoir presque tout le temps. Le dark pattern doit son nom à Harry Brignull, expert en développement d’interfaces numériques. Il recense sur son site web les techniques les plus utilisées, dont l’une consiste à jouer sur les couleurs pour donner une mauvaise visibilité à l’option « annuler » ou brouiller les pistes concernant les options désactivées.

 

DETOUR Act ou la loi contre les dark partterns

Aux États-Unis, on souhaite mettre fin à ces pratiques et une proposition de loi a été déposée au Sénat américain à cet effet. Elle s’appelle le DETOUR Act (Deceptive Experiences To Online Users Reduction) et « vise à rendre illégale l’utilisation de dark patterns pour les plateformes comptant plus de 100 millions d’utilisateurs et utilisatrices actives par mois », explique le site korii.slate.fr. Son adoption pousserait donc de nombreuses entreprises à modifier largement leur business model pour ne plus piéger les internautes et éviter de se prendre des amendes salées. L’heure serait donc au changement et à la bonne pratique des métiers du web, d’après le sénateur de Virginie Mark Warner, l’un des principaux instigateurs de la proposition de loi visant rendre illégale la pratique du « dark pattern ».

Affaire à suivre…